top of page

Notre corps : notre boussole intérieure dans nos relations interpersonnelles délicates

Vous pouvez poser vos livres de développement personnel, vous pouvez oublier les formules miracles et les bonnes attitudes à adopter, les conseils que l'on vous donne...

Finalement, nous n'avons besoin de rien d'autre que notre corps pour nous guider dans nos relations interpersonnelles délicates que l'on pourrait résumer comme ceci :

"2 énergies qui n'arrivent pas à s'accorder"


Lorsque l'on vit cette situation que ce soit dans le cadre de son travail, de sa vie familiale, de sa vie sentimentale ou encore avec un inconnu, la première chose que l'on cherche souvent c'est l'histoire qui va se raconter autour de cette relation. Et tout le monde sait que lorsque l'on cherche on fini souvent par trouver !


L'histoire que l'on brode devient la validation du fait que cette situation ne peut pas se résoudre. Au final, l'histoire nous enferme dans l'histoire. Elle devient le seul moyen de justifier le fait qu'on ne sait pas comment gérer une relation avec quelqu'un. Sous couvert d'histoires (spirituelles ou non) on va justifier certaines de nos actions dans la matière. Ces actions nous amènent souvent à couper les ponts.

Le problème est que lorsque l'on agit depuis un espace qui est lié à une histoire, on agit depuis un espace qui n'est pas au centre. Quand on est au centre, présent(e), l'histoire n'existe pas !

Quand on est au centre, présent(e), il y a une lecture très claire qui est sous l'angle de la mélodie, de la vibration, de l'énergie : l'énergie circule ou ne circule pas.

Une action décentrée ne résout pas le problème, on peut appeler ça plutôt une réaction.

La réaction ne conduit pas à la guérison.

Une réaction peut nous soulager temporairement, c'est comme mettre un pansement sur la plaie. Pour que celle ci guérisse, ne dit on pas de la laisser à l'air libre, à ciel ouvert ?

L'idée n'est pas de ne rien faire, l'idée est de ressentir à travers notre boussole intérieure, à travers notre corps. Cette boussole va nous guider pour déterminer si :


-nous sommes dans une zone d'inconfort, auquel cas il n'y a pas vraiment de problème.

-nous sommes dans une zone de danger, auquel cas il est important d'agir rapidement.

Notre boussole c'est notre corps physique. L'expression dans la matière à l'état brut, sans interprétation, sans déformation de ce qui se passe dans nos autres corps.

Quand je me décentre, ce sont tous mes corps qui se décentre.

Mon corps physique va s'exprimer : accélération de mon rythme cardiaque, modification de ma respiration, des tensions corporelles qui apparaissent, c'est notre corps qui bascule.

Ai je à ce moment là la capacité de sentir ? Ai je cette capacité d'attention et de concentration ? Suis je relié(e) à mes sensations corporelles ?

Dans le cas ou vous avez un espace énergétique, physique suffisant vous aller pouvoir aller vous recentrer, vous réaligner. Vous n'êtes pas dépassé(e) par la situation et vous avez suffisamment de recul pour faire ses a/r aussi souvent que vous en avez besoin pour poursuivre cette expérience jusqu'au moment ou quelque chose s'ouvrira.

Dans le cas ou vous êtes débordé(e), absorbé(e), même avec l'espace vital nécessaire, ou si il y a de la violence physique ou psychologique, il y a danger.

Il est temps de vous retirer complètement de la situation, sinon c'est du masochisme (spirituel ou non).

On se retire, on prend de la distance dans l'espace, on s'extirpe de la situation pour garder son énergie, pour ne pas tomber malade et entrer dans une zone de danger.

On essaie souvent dans ce cas de couper le lien, l'énergie ne se coupe pas.

Ce lien qu'on essaie de couper, c'est une mélodie que l'on a à l’intérieur de soi. Elle vibre en nous. Cette personne vient à toi car la mélodie est aussi présente chez toi.

Couper avec la personne (physiquement, géographiquement), ne règle pas définitivement le problème, on déporte le problème dans le temps, dans l'espace.

On s'extirpe de la situation pour se recentrer, pas pour critiquer ou broder une histoire.

On se recentre pour laisser l'énergie universelle passer à travers nous et pour la laisser dissoudre et réharmoniser les informations.

Le seul et unique problème dans nos relations interpersonnelle c'est :

"Je n'arrive pas à m'accorder à la mélodie de l'autre".

Si je suis centré(e), cette présence passe à travers moi et joue elle même le rôle d'accordeur.

A force de s'accorder et de se désaccorder, à terme ça finit par s'accorder tout simplement. Quand tout s'accorde, ça ne veut pas dire que la situation, la relation est résolue ou que l' autre a changé. L'autre n'a pas changé, mais il n'y a plus de problème.

C'est la guérison par la présence, ce cadeau de la vie.

En fait, il n'y a jamais eu de problème, et c'est à ce moment là que l'on peut entrer dans la zone de compassion et d'amour.

Notre corps physique est notre boussole.

Le yoga permet d'être davantage connecté à lui, de l'écouter et d'en prendre soin.

C'est tellement simple...mais simple ne veut pas dire facile.


A cette histoire que je me suis racontée bien trop longtemps et à mon corps qui m'a sauvé.

Merci.



Le corps à sa propre intelligence, que l'intelligence parfois ne suffit pas à comprendre.


121 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page